Interview #4: le point de vue de Carline Huslin chez Generali

carline

Carline Huslin est Directrice Transformation Digitale et Expérience Client Multicanal chez Générali France

Si vous deviez définir l’économie du partage:

L’économie du partage représente un changement du rapport aux choses. On passe de la possession à l’usage et donc au partage. Ça a commencé par la musique et les vidéos, puis maintenant les objets et l’automobile. L’économie du partage s’accompagne d’un enjeu de solidarité.

Comment analysez-vous le développement de l’économie du partage? épiphénomène ou lame de fond?

L’économie du partage est une lame de fond, un vrai changement qui induit un passage de la possession à la location et un accès plus facile aux choses. Son essor est favorisé par le développement du digital et la crise économique. La mise en commun des choses permet une simplification de la vie. Ce phénomène est particulièrement attractif pour les jeunes, qui grâce au partage via le digital bénéficient d’une plus grande accessibilité aux biens et d’un meilleur confort de vie.

A 3-5 ans, qui seront les modèles gagnants d’après vous?

Les modèles gagnants sont ceux qui ont déjà émergé dans le partage de la voiture, de l’habitation et la mutualisation des objets. Certains autres seront sans doute amenés à se développer, notamment dans l’assurance. Par ailleurs, des plateformes qui seront intégrées à des grands groupes profiteront de leurs moyens pour se développer.

Quel rôle voyez-vous jouer par les assureurs dans cette économie?

Les assureurs se doivent d’accompagner la tendance et de s’insérer dans le développement de l’économie du partage. De nouveaux usages impliquent de nouveaux risques que les assureurs doivent appréhender. Aujourd’hui, les assureurs adaptent des produits existants ou créent des solutions spécifiques, mais demain, ces usages devraient être intégrés dans les contrats standards.

Quelle est l’ambition de Générali dans ce domaine? Que pouvez-vous proposer aux entreprises de ce secteur?

Le coeur de l’ADN de Générali est notre approche sociale – nous sommes “Génération Responsable” et nous nous inscrivons parfaitement dans cette tendance. Nous avons beaucoup réfléchi à notre approche, avec, au départ une inquiétude sur ces risques non connus. Notre filiale assurance dommages pour les partenariats – L’Équité – était l’endroit naturel pour développer ces solutions, de par leur expertise sur les produits de poche et affinitaires.

Quels partenariats avez-vous déjà mis en place et quels ont été les challenges pour l’assureur?

Nous venons de signer un partenariat avec Ouicar. Nous avons développé une approche sur mesure et nous sommes en phase de Test and Learn. Nos actuaires ont décidé d’accepter ces risques, dans le contexte contraignant de Solvency 2. Nous observons les premiers résultats et avons l’ambition de continuer à nous développer dans ce domaine.

Quelles seraient vos recommandations pour réussir ces partenariats?

Pour réussir ces partenariats, il faut faire preuve d’écoute, d’agilité et d’innovation. Il est important d’adopter une approche Test and Learn et de construire progressivement le modèle, dans un premier temps avec des produits dédiés et ensuite, en intégrant ces pratiques dans les produits traditionnels.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s